Marie Pommier, dernière recrue, nous parle de son rôle de Product Owner

Elle est parmi nous depuis déjà trois mois et remplace Florian Gagnard au poste de Directeur Produit : voici Marie POMMIER ! Et quoi de mieux que l’exercice du #5minAvant9h pour vous faire découvrir notre dernière recrue ? On attrape un café et c’est parti pour vingt minutes chrono !


marie_pommier_product-owner

Alyzée ARFEL : Tu as dû le répéter mille fois depuis ton arrivée, mais la question est incontournable : peux-tu nous expliquer ton parcours en deux mots ?

Marie POMMIER : J’ai un parcours un peu atypique, puisque j’ai commencé par une formation universitaire dans le domaine de l’édition de livres… ! J’ai commencé ma carrière auprès d’éditeurs d’ouvrages scientifiques et techniques. En parallèle, j’ai étudié plus en détails la gestion de projets, puis j’ai occupé pendant 4 ans la fonction de Chef de produit au sein de la société Berger-Levrault. Vous connaissez peut-être, ce sont eux qui éditent la plupart des carnets de santé en France ! Toujours dans cette société, j’ai évolué au sein du pôle logiciel. Je travaillais sur une gamme de logiciels de GED et de dématérialisation de documents. J’y suis restée quatre ans. Juste avant d’arriver chez QualNet, j’ai travaillé pendant un an pour Sharp. J’étais Product Manager Software and.. Enfin, Chef de produit Logiciel & Services pour faire simple ! (rires). Ils ne font pas que du multimédia : le produit dont je m’occupais était un photocopieur.. Un peu moins glamour, forcément !

AA : Qu’est-ce qui t’attire dans la méthode SCRUM que l’on ne retrouve pas dans les autres frameworks plus classiques ?

MP : La méthode SCRUM est de plus en plus répandue en France dans le domaine du développement logiciel : je l’ai utilisée pendant trois ans chez Berger-Levrault en tant que Product Owner. Pour avoir aussi travaillé avec des méthodes plus classiques, je pense maintenant que le véritable atout de SCRUM est le fait de pouvoir livrer beaucoup plus rapidement un produit abouti. Le format en « sprints » et l’échange permanent avec les équipes fonctionnelles et techniques, permet d’ajuster les développements très rapidement ; et de ne pas perdre des semaines voire des mois avant de se rendre compte que l’on a pris une mauvaise décision. Sur le plan du produit, c’est une vraie plus-value. Sur le plan humain également : tout le monde a un rôle et est investi dans la méthode. Evidemment, elle n’a pas que des avantages ; mais elle me correspond et me convient plutôt bien. C’est une des raisons qui m’ont donné envie de venir chez QualNet : retrouver ce framework que je n’avais plus chez Sharp.

AA : Chez QualNet, le SCRUM est en place depuis plus de 3 ans et demi. Quel est ton rôle ici ? 

MP : J’occupe la fonction de Directrice Produit et je suis responsable du processus Concevoir les produits. En langage SCRUM, c’est le job de Product Owner (PO). Il y a deux grands rôles : l’un est plutôt stratégique (définir et animer une ligne éditoriale pour s’assurer que les produits sont conformes aux attentes des clients et du marché) et nécessite d’être proche des utilisateurs et de toutes les parties prenantes qui composent l’écosystème des produits. Il faut être curieux, faire des hypothèses, se tromper, expérimenter… Et il y a un second rôle, plus tactique, qui consiste à s’assurer que la stratégie est correctement déroulée au quotidien et à l’animer. C’est de l’opérationnel en amont, pendant et en aval du sprint : avant, il faut gérer le backlog, le prioriser, concevoir les différents écrans… Pendant, il s’agit d’être disponible pour répondre aux questions des développeurs. Et après, c’est la partie tests, qui fait également partie du processus Concevoir les produits. C’est elle qui permet de valider que le développement est conforme à ce qui était attendu. Le rôle de PO est assez large, en définitive ! J’anime une équipe de deux personnes : un PO Junior et un Analyste-Testeur. Ils m’assistent au quotidien dans ces tâches de préparation, validation et vie du sprint. L’objectif commun de notre processus est de s’assurer que l’on conçoive et que l’on produise un logiciel conforme aux attentes des clients et en phase avec la stratégie de croissance de QualNet.

AA : Un mois après ton arrivée, comment te sens-tu au sein de cette ambiance vitaminée ? 

MP : Je prends mes marques petit à petit ! En ce qui concerne le produit, j’ai encore beaucoup à apprendre. C’est un logiciel très riche, avec un historique important et beaucoup d’utilisateurs. Pour maîtriser tout cet éco-système, il me faudra forcément du temps !

Sur le plan humain, je suis ravie d’avoir intégré une société de cette taille. J’ai testé la multinationale, le grand groupe… C’est ce qui m’a donné envie de venir découvrir autre chose au sein de QualNet : ici, tout le monde est accessible, le cycle de décision est rapide. Même le Directeur Général est à l’écoute rapidement pour des arbitrages ! C’est un vrai changement pour moi et je trouve cela très agréable. Tout le monde ici fait l’effort de se rendre disponible et nous sommes tous impliqués dans le même objectif commun, c’est un point fort. Bon, par contre, parfois on est tellement impliqué que l’on campe un peu sur ses positions… Mais cette forte implication vient nécessairement de paire avec la passion ! Et ici, les gens n’en manquent pas… En tant que manager, c’est plus facile et agréable à gérer que des gens qui n’ont aucune envie d’être là.

AA : Trois mots pour résumer ton quotidien à QualNet ?

MP : Si je voulais être « scrumement » correcte, je dirais Transparence, Inspection et Adaptation .. mais ce sont les piliers de la méthode SCRUM donc c’est un peu facile comme réponse !
Allez, je dirai : bonne humeur, rigueur et partage 😃

Comments are closed.