Delphine Leroux, chef de projets chez Neeria, nous parle de son poste et de ses relations avec QualNet

Ce matin, j’ai rendez-vous avec Delphine Leroux. Vous n’avez probablement jamais entendu parler de Delphine chez QualNet et c’est normal puisqu’elle fait partie de l’équipe de Neeria, notre maison mère (elle-même filiale du groupe SHAM). Présente à notre séminaire clients du 4 et 5 juin derniers, ce #5minutes est l’occasion de faire le bilan des échanges qu’elle a pu avoir avec nos clients du secteur privé et vous allez rapidement comprendre pourquoi je m’y intéresse. Lorsque j’arrive à son bureau, elle grignote une « tartine-confiture », un signe évident d’une étroite collaboration avec les équipes QualNet… C’est parti pour 20 minutes chrono, Delphine parle très vite alors je suis dans les starting-blocks.

Fanny Piederriere : Delphine, je te croise régulièrement dans les bureaux de QualNet, y compris lors des revues de sprint … Quelle est ta fonction ? Ton parcours ?

Ds  services

(de gauche à droite) Marie et Delphine de Neeria en pleine conversation avec Julien, Chef de projets QualNet et une utilisatrice de nos outils.

Delphine Leroux : Effectivement, je suis chef de projets chez Neeria. L’équivalent des chefs de projets chez QualNet mais auprès des collectivités territoriales, et des établissements de santé. J’ai une formation d’ingénieure spécialisée en qualité et une première expérience de responsable qualité dans un laboratoire pharmaceutique.

Aujourd’hui, ma mission consiste à accompagner les collectivités et les établissements de santé dans le déploiement des logiciels de gestion documentaire et des solutions telle que la gestion des risques comprenant les événements indésirables, la gestion des réclamations, les vigilances…

FP : Peux-tu préciser les différentes missions de Neeria ?  

DL : Neeria est une entité de SOFAXIS, groupe SHAM. Le premier métier de Sofaxis est le courtage en assurance statutaire pour les collectivités locales. SHAM est une société d’assurance mutuelle spécialisée dans l’assurance et le management des risques des acteurs de la santé, du social et du médico-social.

A ce titre, Neeria propose différents services aux collectivités territoriales et établissements de santé de services comme la gestion des risques au sens large ou la gestion de l’absentéisme par exemple. L’accompagnement s’articule autour de prestations en santé au travail et en performance des organisations.

En collaboration avec QualNet qui nous fournit le logiciel, une de nos missions consiste à déployer les logiciels Intraqual DOC et Intraqual DYNAMIC. Nos équipes sont donc très proches et effectivement, une bonne collaboration est indispensable pour les deux parties. Nous restons présents dans le développement des applications pour qu’elles correspondent aussi aux besoins de nos clients. Notre rôle de relais permet à QualNet de centraliser les priorités du  secteur public.

FP : Pendant le séminaire clients QualNet, tu as pris le temps d’échanger avec nos clients. Quels sont selon toi les points communs à identifier entre les deux secteurs (privé et public) ?

DL : Une première chose très importante pour moi et que je tiens à souligner, c’est que les clients de QualNet s’expriment très librement et que les échanges sont extrêmement constructifs ! L’implication est au rendez-vous, cela ne fait aucun doute !

Selon moi, les problématiques de la gestion documentaire sont pour la plupart identiques : l’identification des rédacteurs, des interrogations communes sur la rédaction, la diffusion, la délégation… Les documents sont certes très différents, ne serait-ce que par leur domaine d’activité, mais le principe reste globalement le même.

Cela étant, pour le reste, nous avons pu confirmer la pertinence des besoins de nos clients et constater que certaines attentes étaient communes sur les développements des deux applications. Pour reprendre un exemple concret, l’évolution des statistiques semble très attendue dans le privé, elle l’est également dans le public.

Si les problématiques des clients QualNet sont cohérentes avec les nôtres, nous voyons cela d’un œil très positif chez Neeria car cela renforce nos demandes.

FP : A l’inverse, quels sont les sujets ou organisations qui divergent entre public/privé?

DL : De nombreuses choses, cela paraît évident notamment sur la notion de l’international. La traduction qui semble indispensable pour les clients QualNet ne l’est pas pour nous. Idem pour les multi BU (Business Unit) ! Dans les établissements de santé, la notion d’anonymisation est extrêmement importante ce qui est tout à fait cohérent dans le cadre des dossiers des patients. Les clients du privé n’ont pas cette problématique.

Un autre cas que je rencontre très régulièrement dans les hôpitaux, et je n’ai pas le sentiment que c’est exactement la même chose dans le secteur privé, c’est la multiplicité des acteurs.
Typiquement, les hôpitaux ouvrent des droits à tout le monde. Sur 3000 salariés, on compte 3000 utilisateurs ou 3000 rédacteurs. Cette vision permet de confirmer que la solution est simple d’utilisation.

FP : 3 mots pour décrire QualNet ?

DL : Agile, équipe de Geek, bonbons

 

FP – 15 juil. 2015

Comments are closed.