5 règles pour devenir un bon SCRUM master

scrumLe SCRUM tient son nom du terme anglais « mêlée »! Dans cette méthode agile, le scrum master assure le rôle de leader au service de l’équipe. Mais entre trop en faire et pas assez, le dosage s’avère parfois difficile. Alors comment maintenir cette mêlée en équilibre ? Êtes-vous un bon SCRUM master ?

Il y a un mois, avant de partir en week end à la campagne, j’ai emprunté à notre bibliothèque d’équipe “Coaching agile” de Rachel Davies et Liz Sedley (traduit en français par Fabrice Aimetti). Le dimanche soir, en rentrant chez moi, je me suis dit que j’allais complètement changer ma façon de travailler. Voici les cinq comportements que j’ai décidé de ne plus jamais reproduire en tant que scrum master.

Faire du baby-sitting

J’avais enregistré, lors de mes premières lectures, que le Scrum Master devait “éliminer les obstacles : prendre en compte les problèmes qui surviennent à tout moment sur un projet pour les éliminer au plus vite, en évitant qu’ils ralentissent l’équipe.” (Définition de Claude Aubry.) Curieusement, mon cerveau avait analysé et enregistré cette définition de la façon suivante : “tu mettras en oeuvre tout ce qui rentre dans ton domaine de compétences pour éliminer tout élément ralentissant l’équipe.” Je me portais donc volontaire pour tout un tas d’actions du quotidien de l’équipe : imprimer le burndown, ajouter au scrumboard les tâches de l’équipe, contacter le product owner lorsque l’un des développeurs avait une question, informer le product owner d’une story livrée en recette… Lire la suite

Source : http://girlzinweb.com/2014/11/10/mauvais-scrummaster/

Comments are closed.